Les Archives du Festival

2016, 25ème édition

Et la salamandre d'or est décernée à...

Palmarès 2016

Longs métrages

Salamandre d'Or : Prix du Public

« Patients » de Grand Corps Malade et Mehdi Idir.

Prix des lycéens

« Patients » de Grand Corps Malade et Mehdi Idir.

Jury Jeune Sony Playstation

Prix du Jury Jeune

« La Vallée des Loups » de Jean-Michel Bertrand.

Prix d'interprétation féminine

Marine Vacth pour son rôle dans « La Confession » de Nicolas Boukhrief.

Prix d'interprétation masculine

Collectivement les acteurs de « Patients » de Grand Corps Malade et Mehdi Idir.

Courts métrages

Prix du meilleur court métrage

« L'âge des sirènes » de Héloise Pelloquet.

Mention spéciale du jury

« Chasse Royale » de Lise Akoka et Romane Gueret.

Prix des films réalisés par les lycéens

Premier Prix

Lycée d’Arsonval à Brive pour « Masque ».

Deuxième Prix

Lycée Jean Baptiste Vuillaume à Mirecourt pour « Amnésia ».

Troisième Prix

Lycée Pré de Cordy à Sarlat pour « Le Conte des 3 frères ».

Prix du meilleur scénario des « petites séquences »

Premier Prix

Lycée Jean XXIII à Montigny Les Metz.

Souvenirs, souvenirs

Galerie photos 2016

Cette galerie sera publiée prochainement

cette année-là...

La Sélection 2016

Sélection officielle

Film d'ouverture - « Orpheline » de Arnaud des Pallières

Avec Adèle Haenel, Adèle Exarchopoulos, Solène Rigot, Véga Cuzitek, Jalil Lespert, Gemma Arterton et Nicolas Duvauchelle.
Projection en présence de Arnaud des Pallières, Solène Rigot et Nicolas Duvauchelle.

Quatre moments de la vie de quatre personnages féminins. Une petite fille de la campagne, prise dans une tragique partie de cache-cache. Une adolescente ballotée de fugue en fugue, d’homme en homme, puisque tout vaut mieux que le triste foyer familial. Une jeune fille qui monte à Paris et frôle la catastrophe. La femme accomplie enfin, qui se croyait à l’abri de son passé. Peu à peu, ces figures forment une seule et même héroïne.

« La Vallée des Loups » de Jean-Michel Bertrand

Avec Jean-Michel Bertrand.
Projection en présence de Jean-Patrick Benès.

Dans un futur proche, l’ordre mondial a changé. Avec ses 10 millions de chômeurs, la France fait désormais partie des pays pauvres.La population oscille entre révolte et résignation et trouve un exutoire dans des combats télévisés ultra violents où les participants sont dopés en toute légalité et où tous les coups sont permis. Reda, dit Arès, est un ancien combattant qui vit de petits boulots de gros bras pour la police. Tout va changer lorsque sa soeur se fait arrêter et qu’il doit tout mettre en oeuvre pour les sauver : elle et ses filles.

« La Confession » de Nicolas Boukhrief

Avec Romain Duris, Marine Vacth, Anne Le Ny et Solène Rigot.
En présence de Nicolas Boukhrief.

Sous l’occupation allemande, dans une petite ville française, l’arrivée d’un nouveau prêtre suscite l’intérêt de toutes les femmes de la ville... Barny, jeune femme communiste et athée, ne saurait cependant être plus indifférente. Poussée par la curiosité, la jeune sceptique se rend à l’église dans le but de défier cet abbé : Léon Morin. Habituellement si sûre d’elle, Barny va pourtant être déstabilisée par ce jeune prêtre, aussi séduisant qu’intelligent. Intriguée, elle se prend au jeu de leurs échanges, au point de remettre en question ses certitudes les plus profondes. Barny ne succomberait-elle pas au charme du jeune prêtre ?

« Patients » de Grand Corps Malade et Mehdi Idir

Avec Pablo Pauly, Nailia Harzoune, Soufiane Guerrab et Moussa Mansaly.
Projection en présence des réalisateurs Grand Corps Malade et Mehdi Idir et des comédiens Pablo Pauly, Nailia Harzoune, Soufiane Guerrab et Moussa Mansaly.

Le film est une adaptation du best seller Patients de Grand Corps Malade. On n’est pas sérieux quand on a 17 ans. 20 ans non plus d’ailleurs. Et on fait parfois des bêtises sans se rendre compte des conséquences. Dans le cas de Ben, la vie se charge de lui rappeler la leçon et le voilà couché sur un lit tétraplégique. Le miracle, ce sera un orteil qui bouge et son transfert d’un lit d’hôpital sans espoir à un centre de rééducation ou il peut rêver à un avenir. Peut-être pas celui qu’il envisageait avec ses études de sport et son équipe de basket, mais ça, va falloir le comprendre et l’accepter. Patients, c’est l’histoire de Ben, qui va devoir réinventer sa vie en y intégrant ce qui désormais son handicap. Une adaptation qui va se faire par des chemins détournés, avec des hauts et des bas, et beaucoup d’amitié.

« Noces » de Stephan Streker

Avec Lina El Arabi, Sébastien Houbani, Babak Karimi, Neena Kulkarni et Olivier Gourmet. Projection en présence de Stephan Streker.

Zahira, belgo-pakistanaise de dix-huit ans, est très proche de chacun des membres de sa famille jusqu’au jour où on lui impose un mariage traditionnel. Ecartelée entre les exigences de ses parents, son mode de vie occidental et ses aspirations de liberté, la jeune fille compte sur l’aide de son grand frère et confident, Amir.

« À Fond » de Nicolas Benamou

Avec José Garcia, Caroline Vigneaux, André Dussolier, Charlotte Gabris et Jérôme Commandeur.
Projection en présence de Nicolas Benamou et de José Garcia.

Une famille embarque dans son monospace flambant neuf, au petit matin, afin d’éviter les embouteillages pour les vacances d’été. Tom, le père, enclenche son régulateur de vitesse électronique sur 130 km/h. Au moment où une dernière bourde de Ben, le beau-père, pousse Julia, excédée, à demander qu’on fasse demi-tour, Tom s’aperçoit qu’il ne contrôle plus son véhicule. L’électronique de bord ne répond plus, la vitesse est bloquée à 130 km/h. Toutes les manœuvres pour ralentir la voiture emballée restent sans effet. Une voiture folle, six passagers au bord de la crise de nerfs et un embouteillage monstre qui les attend à moins de deux cents kilomètres de là...

« Les Derniers Parisiens » de Hamé et Ekoué

Avec Reda Kateb, Slimane Dazi, Mélanie Laurent et Yassine Azzouz. Projection en présence des réalisateurs Hamé et Ekoué et des comédiens Reda Kateb et Slimane Dazi.

Deux frères se déchirent pour un établissement de nuit, au coeur de Pigalle.

« La Fine Équipe » de Magaly Richard-Serrano

Avec Annabelle Lengronne, William Lebghil, Ralph Amoussou Jackee Toto et Doudou Masta. Projection en présence de Magaly Richard-Serrano et de la comédienne Annabelle Lengronne.

Omen est un inconditionnel de Stan, chanteuse black au flow ravageur. Sans doute l’un des derniers fans, vu comment le groupe galère ! Le jour où il croise son idole par hasard, Omen lui propose ses services « chauffeur polyvalent à tout faire ». Contre l’avis général de l’équipe, Stan embarque ce petit blanc pas toujours réveillé, limite bordélique, dont elle semble être la seule à entrevoir les talents... très bien cachés.

« Le Coeur en Braille » de Michel Boujenah

Avec Charles Berling, Pascal Elbé, Alix Vaillot et Florence Guérin.
Projection en présence de Michel Boujenah.

Marie est une adolescente passionnée de violoncelle et très douée à l’école. Victor est un garçon sympathique, dynamique, mais qui connaît quelques difficultés scolaires. Ignorant que Marie est entrain de perdre la vue, Victor tombe amoureux d’elle. Et petit à petit, à sa grande surprise, Marie se met à l’aider... Lorsque Marie lui révèle son secret, un pacte est conclu entre les deux adolescents Victor l’aide à cacher son état afin qu’elle puisse passer le concours d’entrée au conservatoire. Une amitié indéfectible va naître de ce duo improbable, prêt à tout pour faire front face au reste du monde.

Film de clôture - « Il a déjà tes yeux » de Lucien Jean-Baptiste

Avec Lucien Jean-Baptiste, Aïssa Maïga, Vincent Elbaz et Zabou Breitman.
Projection en présence de Lucien Jean-Baptiste et Aïssa Maïga.

Paul, est marié à Sali. Tout irait pour le mieux s’ils arrivaient à avoir un enfant. Jusqu’au jour où Sali reçoit l’appel qu’ils attendent depuis si longtemps leur dossier d’adoption est approuvé. Il est adorable, il a 6 mois, il s’appelle Benjamin, il est blond aux yeux bleus… Et il est BLANC, et eux sont noirs !!!

Sélection Tour du Monde

« 1'54 » de Yan England (Canada)

Avec Antoine-Olivier Pilon, Sophie Nélisse et David Boutin.
Festival d’Angoulême 2016 - Prix d’Interprétation Masculine pour Antoine-Olivier Pilon et Prix du Jury Etudiants.

À 16 ans, Tim est un jeune homme timide, brillant, et doté d’un talent sportif naturel. Mais la pression qu’il subit le poussera jusque dans ses derniers retranchements, là où les limites humaines atteignent le point de non-retour.

« Baccalauréat » de Cristian Mungiu (Roumanie)

Avec Maria Drăgus, Adrian Titieni, Lia Bugnar et Melina Manovici.
Festival de Cannes 2016 - Prix de la Mise en Scène.

Romeo, médecin dans une petite ville de Transylvanie, a tout mis en œuvre pour que sa fille, Eliza, soit acceptée dans une université anglaise. Il ne reste plus à la jeune fille, très bonne élève, qu’une formalité qui ne devrait pas poser de problème obtenir son baccalauréat. Mais Eliza se fait agresser et le précieux Sésame semble brutalement hors de portée. Avec lui, c’est toute la vie de Romeo qui est remise en question quand il oublie alors tous les principes qu’il a inculqués à sa fille, entre compromis et compromissions…

« Cessez-le-feu » d'Emmanuel Courcol (France)

Avec Romain Duris, Céline Salette, Grégory Gadebois et Julie-Marie Parmentier.
Festival de Locarno 2016.

De retour d’Afrique, où il s’était réfugié pour fuir les mauvais souvenirs de la Première Guerre mondiale, Georges, ancien soldat, retrouve la France, sa mère et son frère, Marcel. Ce dernier est invalide de guerre ; il est sourd, à la suite d’un traumatisme. Petit à petit, Georges se reconstruit grâce à Hélène, professeure de langue des signes…

« Diamond Island » de Davy Chou (Cambodge)

Avec Sobon Noun, Cheanik Nov et Madeza Chhem.
Festival de Cannes 2016 - Semaine Internationale de la Critique - Prix SACD.
Festival du Film Romantique de Cabourg 2016 - Grand Prix.

Diamond Island est une île sur les rives de Phnom Penh transformée par des promoteurs immobiliers pour en faire le symbole du Cambodge du futur, un paradis ultra-moderne pour les riches. Bora a 18 ans et, comme de nombreux jeunes originaires des campagnes, il quitte son village natal pour travailler sur ce vaste chantier. C’est là qu’il se lie d’amitié avec d’autres ouvriers de son âge, jusqu’à ce qu’il retrouve son frère aîné, le charismatique Solei, disparu cinq ans plus tôt. Solei lui ouvre alors les portes d’un monde excitant, celui d’une jeunesse urbaine et favorisée, ses filles, ses nuits et ses illusions.

« El Invierno » (l'Hiver) d'Emiliano Torres (Argentine)

Avec Alejandro Sieveking, Cristian Salguero et Adrián Fondari.
Festival de Biarritz 2016 - Prix d’interprétation masculine pour Alejandro Sieveking et Prix du Syndicat Français de la Critique.
Festival de San Sebastian 2016 - Sélection Officielle.

Après avoir travaillé toute sa vie dans un ranch isolé de Patagonie, un vieux contremaître, Evans, est contraint de prendre sa retraite et est remplacé par un jeune employé, Jara, qui espère s’y installer avec sa femme et ses enfants. L’hiver finit par arriver, la neige et le vent isolent complètement cette région et il ne s’agit déjà plus de travailler ou de vivre mais de résister.

« Gimme Danger » de Jim Jarmusch (Etats-Unis)

Avec Iggy Pop et les « Stooges ».
Festival de Cannes 2016 - Semaine Internationale de la Critique.
Festival de San Sebastian 2016 - Section Zabaltegi-Tabakalera.

Apparu pour la première fois à Ann Arbor (Michigan) en pleine révolution contre culturelle, le style de rock’n’roll puissant et agressif des Stooges a fait l’effet d’une bombe dans le paysage musical de la fin des années 60. Soufflant le public avec un mélange de rock, de blues, de R&B et de free jazz, le groupe - au sein duquel débute Iggy Pop - posa les fondations de ce que l’on appellera plus tard le punk et le rock alternatif. GIMME DANGER retrace l’épopée des Stooges et présente le contexte dans lequel l’un des plus grands groupes de rock de tous les temps a émergé musicalement, culturellement, politiquement et historiquement. Jim Jarmusch retrace leurs aventures et leurs mésaventures en montrant leurs inspirations et les motivations de leurs premiers défis commerciaux, jusqu’à leur arrivée au Panthéon du rock.

« Hedi, Un vent de liberté » de Mohamed Ben Attia (Tunisie)

Avec Majd Mastoura, Rym Ben Messaoud et Sabah Bouzouita.
Berlinale 2016 - Ours d’Argent du Meilleur Acteur pour Majd Mastoura et Prix de la Meilleure Première Oeuvre.

Kairouan en Tunisie, peu après le printemps arabe.Hedi est un jeune homme sage et réservé. Passionné de dessin, il travaille sans enthousiasme comme commercial. Bien que son pays soit en pleine mutation, il reste soumis aux conventions sociales et laisse sa famille prendre les décisions à sa place. Alors que sa mère prépare activement son mariage, son patron l’envoie à Mahdia à la recherche de nouveaux clients. Hedi y rencontre Rim, animatrice dans un hôtel local, femme indépendante dont la liberté le séduit. Pour la première fois, il est tenté de prendre sa vie en main.

« La Rage du Démon » de Fabien Delage (France)

Avec le témoignage de Jean-Jacques Bernard.
Festival de Gerardmer 2016 - Hors Compétition.

Une enquête qui revient sur les traces des émeutes violentes causées, tout au long des XIXe et XXe siècles, par un film rare, fascinant et dangereux La Rage du démon, attribué au cinéaste Georges Méliès. Au travers d’entretiens avec des journalistes, cinéastes, historiens, experts et psychologues, ce documentaire lève le voile sur le film le plus inquiétant de l’histoire du cinéma. De mystères en mystères, d’interrogations en interrogations, découvrez toute la vérité sur ce film maudit qui fait trembler le milieu du cinéma depuis plus d’un siècle !

« Le Concours » de Claire Simon (France)

Mostra de Venise 2016 - Prix du Meilleur Documentaire.

C’est le jour du concours. Les aspirants cinéastes franchissent le lourd portail de la grande école pour la première, et peut être, la dernière fois. Chacun rêve de cinéma, mais aussi de réussite. Tous les espoirs sont permis, toutes les angoisses aussi. Les jeunes gens rêvent et doutent. Les jurés s’interrogent et cherchent leurs héritiers. De l’arrivée des candidats aux délibérations des jurés, le film explore la confrontation entre deux générations et le difficile parcours de sélection qu’organisent nos sociétés contemporaines.

« Le Disciple » de Kirill Serebrennikov (Russie)

Avec Petr Skvortsov et Victoria Isakova.
Festival de Cannes 2016 - Un Certain Regard.

Veniamin, un adolescent pris d’une crise mystique, bouleverse sa mère, ses camarades et son lycée tout entier, par ses questions. Les filles peuvent-elles aller en bikini au cours de natation ? Les cours d’éducation sexuelle ont-ils leur place dans un établissement scolaire ? La théorie de l’évolution doit-elle être enseignée dans les cours de sciences naturelles ? Les adultes sont vite dépassés par les certitudes d’un jeune homme qui ne jure que par les Ecritures. Seule Elena, son professeur de biologie, tentera de le provoquer sur son propre terrain.

« Les Enfants de la Chance » de Malik Chibane (France)

Avec Philippe Torreton, Mathias Mlekuz, Pauline Cheviller et Camille Loubens.

Juillet 1942. Emmené à l’hôpital de Garches pour une jambe cassée, Maurice Gutman, 12 ans, évite de justesse la rafle qui va emporter sa famille. A l’hôpital, le docteur Daviel lui diagnostique une tuberculose et lui impose un long traitement. Et si cela n’était qu’une ruse pour éviter à Maurice d’être déporté ? Maurice et huit autres jeunes pensionnaires vont vivre, avec le personnel hospitalier, une expérience inoubliable, faite de preuves d’amitié, de solidarité et de courage extraordinaire. Ce sont les enfants de la chance et leur histoire est vraie.

« Lettre de la guerre » d'Ivo Ferreira (Portugal)

Avec Miguel Nunes, Ricardo Pereira et Margarida Vila-Nova.
Berlinale 2016 - Compétition Officielle.

Un jeune médecin portugais, soldat pendant la guerre coloniale en Angola entre 1971 et 1973, envoie à sa femme des lettres d’amour poétiques, sensuelles et passionnées. Ce jeune homme, en train de devenir écrivain, c’est António Lobo Antunes dont 280 lettres ont été publiées en 2005. Elles sont l’inspiration du film qui en propose une lecture intime et leur donne vie.

« Louise en Hiver » de Jean-François Laguionie (France)

Avec la voix de Dominique Frot.
Festival de San Sebastian 2016 - Section Zabaltegi-Tabakalera.
Festival d’Annecy 2016 - Sélection Officielle.

A la fin de l’été, Louise voit le dernier train de la saison, qui dessert la petite station balnéaire de Biligen, partir sans elle. La ville est désertée. Le temps rapidement se dégrade, les grandes marées d’équinoxe surviennent condamnant maintenant électricité et moyens de communication. Fragile et coquette, bien moins armée que Robinson, Louise ne devrait pas survivre à l’hiver. Mais elle n’a pas peur et considère son abandon comme un pari. Elle va apprivoiser les éléments naturels et la solitude. Ses souvenirs profitent de l’occasion pour s’inviter dans l’aventure.

« Ma'Rosa » de Brillante Ma Mendoza (Philipinnes)

Avec Jaclyn Rose, Julio Diaz et Andi Eigenmann.
Festival de Cannes 2016 - Prix d’Interprétation Féminine.
Festival de Toronto 2016 - Section Masters.

Ma’Rosa a quatre enfants. Elle tient une petite épicerie dans un quartier pauvre de Manille où tout le monde la connaît et l’apprécie. Pour joindre les deux bouts, elle et son mari Nestor y revendent illégalement des narcotiques. Un jour ils sont arrêtés. Face à des policiers corrompus, les enfants de Rosa feront tout pour racheter la liberté de leurs parents.

« Neruda » de Pablo Larrain (Chili)

Avec Gael Garcia Bernal, Alfredo Castro et Luis Gnecco.
Festival de Cannes 2016 - Quinzaine des Réalisateurs.
Festival de Biarritz 2016 - Sélection Officielle.
Festival de Toronto 2016 - Special Presentations.

1948, la Guerre Froide s’est propagée jusqu’au Chili. Au Congrès, le sénateur Pablo Neruda critique ouvertement le gouvernement. Le président Videla demande alors sa destitution et confie au redoutable inspecteur Óscar Peluchonneau le soin de procéder à l’arrestation du poète. Neruda et son épouse échouent à quitter le pays et sont alors dans l’obligation de se cacher. Il joue avec l’inspecteur, laisse volontairement des indices pour rendre cette traque encore plus dangereuse et plus intime.

« Paterson » de Jim Jarmusch (Etats-Unis)

Avec Adam Driver, Golshifteh Farahani et Kara Hayward.
Festival de Cannes 2016 - Sélection Officielle.
Festival de Toronto 2016 - Special Presentations.

Paterson vit à Paterson, New Jersey, cette ville des poètes - de William Carlos Williams à Allan Ginsberg – aujourd’hui en décrépitude. Chauffeur de bus d’une trentaine d’années, il mène une vie réglée aux côtés de Laura, qui multiplie projets et expériences avec enthousiasme et de Marvin, bouledogue anglais. Chaque jour, Paterson écrit des poèmes sur un carnet secret qui ne le quitte pas…

« Personal Shopper » d'Olivier Assayas (France)

Avec Kristen Stewart, Lars Eidinger, Sigrid Bouaziz, Anders Danielsen Lie et Nora Von Waldstätten.
Festival de Cannes 2016 - Prix de la Mise en Scène.

Maureen, une jeune américaine à Paris, s’occupe de la garde-robe d’une célébrité. C’est un travail qu’elle n’aime pas mais elle n’a pas trouvé mieux pour payer son séjour et attendre que se manifeste l’esprit de Lewis, son frère jumeau récemment disparu. Elle se met alors à recevoir sur son portable d’étranges messages anonymes…

« Qu'est-ce qu'on attend ? » de Marie-Monique Robin (France), documentaire

« Qu’est-ce qu’on attend ? » raconte comment une petite ville d’Alsace de 2 200 habitants s’est lancée dans la démarche de transition vers l’après-pétrole en décidant de réduire son empreinte écologique.

« Swagger » d'Olivier Babinet (France), documentaire

Festival de Cannes 2016 - Programmation ACID

Teen-movie documentaire, Swagger nous transporte dans la tête de onze adolescents aux personnalités surprenantes, qui grandissent au cœur des cités les plus défavorisées de France. Malgré les difficultés de leur vie, les gosses d’Aulnay et de Sevran ont des rêves et de l’ambition. Et ça, personne ne leur enlèvera.

« Tempête de sable » d'Elite Zexer (Israël)

Avec Lamis Ammar, Ruba Blal et Hitham Omari.
Festival de Sundance 2016 - Prix du Meilleur Film (catégorie internationale).
Berlinale 2016 - Section Panorama.

Les festivités battent leur plein dans un petit village bédouin en Israël, à la frontière de la Jordanie Suleiman, déjà marié à Jalila, épouse sa deuxième femme. Alors que Jalila tente de ravaler l’humiliation, elle découvre que leur fille aînée, Layla, a une relation avec un jeune homme de l’université où elle étudie. Un amour interdit qui pourrait jeter l’opprobre sur toute la famille et contre lequel elle va se battre. Mais Layla est prête à bouleverser les traditions ancestrales qui régissent le village, et à mettre à l’épreuve les convictions de chacun.

« The Fits » d'Anna Rose Holmer (Etats-Unis)

Avec Royalty Hightower, Alexis Neblett et Da’Sean Minor.
Festival de Sundance 2016 - Sélection Officielle.
Mostra de Venise 2016 - Sélection Officielle.
Festival de Deauville 2016 - Prix de la critique.

Toni, 11 ans, s’entraîne dans la salle de boxe de son grand frère. Elle découvre qu’à l’étage au dessus, un groupe de filles apprennent une variante très physique du hip hop, le drill. Attirée par leur énergie, leur force, leur assurance, Toni abandonne peu à peu la boxe pour la danse…

« Theeb » de Naji Abu Nowar (Jordanie)

Avec Jacir Eid, Hassan Mutlag et Hussein Salameh.
Festival de Cannes 2016 - Ecrans Junior.

Péninsule Arabique, 1916, sous l’occupation britannique.Dans un campement bédouin, au coeur du désert, le jeune Theeb, 10 ans, vit avec son grand frère Hussein, qui lui transmet les traditions ancestrales. Une nuit, un officier britannique s’invite dans la communauté Hussein accepte de le guider à la recherche d’un puits, sur la route de la Mecque. Mais Theeb refuse de se séparer de son frère et décide de les suivre à distance…

« Tramontane » de Vatche Boulghourjian (Liban)

Festival de Cannes 2016 - Semaine Internationale de la Critique.

Rabih, un jeune chanteur aveugle, est invité avec sa chorale à se produire en Europe.Lors des formalités pour obtenir son passeport, il découvre qu’il n’est pas le fils biologique de ses parents.Un mensonge qui l’entraîne dans une quête à travers le Liban, à la recherche de son identité.Son périple dresse aussi le portrait d’un pays meurtri par les conflits, incapable de relater sa propre histoire.

« Une Semaine et un jour » d'Asaph Polonski (Israël)

Avec Shai Avivi, Evgenia Dodina, Tomer Kapon et Alona Tamari.
Festival de Cannes 2016 - Semaine Internationale de la Critique - Prix de la fondation GAN.

A la fin du Shiv’ah - les 7 jours de deuil dans la tradition juive - l’existence doit reprendre son cours. Tandis que Vicky, sa femme, se réfugie dans les obligations du quotidien, Eyal, lui, décide de lâcher prise… Avec un ami de son fils défunt, il partage un moment de liberté salvateur et poétique, pour mieux renouer avec les vivants...

« Wolf and Sheep » de Shahrbanoo Sadat (Afghanistan)

Festival de Cannes 2016 - Quinzaine des Réalisateurs - Art Cinema Award.

Dans les montagnes d’Afghanistan, les enfants bergers obéissent aux règles surveiller le troupeau et ne pas fréquenter le sexe opposé. Mais l’insouciance n’est jamais loin ; alors que les garçons chahutent et s’entraînent à la fronde pour éloigner les loups, les filles fument en cachette, jouent à se marier, et se moquent de la petite Sediqa, considérée comme maudite.Les légendes que racontent leurs aînés se mêlent à la vie, et éclairent les mystères de leur monde protégé – mais jusqu’à quand ?

Clin d'oeil au cinéma indien

« Charulata » de Satyajit Ray

Avec Madhabi Mukherjee, Soumitra Chatterjee et Dilip Bose.
Festival de Berlin 1965 - Ours d’Argent du Meilleur Réalisateur.

A Calcutta, en 1880, alors que son mari la délaisse à cause de son implication dans un journal politique, Charulata se réfugie dans les arts. Se rendant compte de la solitude de la jeune femme, son mari invite son cousin Amal à l’aider dans ses aspirations littéraires. Charulata va devoir faire face à l’irruption de nouveaux sentiments face au dit cousin.

« La Grande Ville » (Mahanagar) de Satyajit Ray

Avec Anil Chatterjee, Madhabi Mukherjee et Jaya Bhaduri.
Mostra de Venise 2013 - Section Venice Days.
Festival de Toronto 2013 - Section Contemporary World Cinema Distribution.

Un couple de New Delhi tente de retrouver leur fils disparu.

« The Lunchbox » (Dabba) de Ritesh Batra

Avec Irrfan Khan, Nimrat Kaur et Nawazuddin Siddiqui.
Festival de Cannes 2013 - Semaine Internationale de la Critique.
Festival de Cannes 2013 - Semaine Internationale de la Critique.
Festival de Sundance 2014 - Section Spotlight.

Ila, une jeune femme délaissée par son mari, se met en quatre pour tenter de le reconquérir en lui préparant un savoureux déjeuner. Elle confie ensuite sa lunchbox au gigantesque service de livraison qui dessert toutes les entreprises de Bombay. Le soir, Ila attend de son mari des compliments qui ne viennent pas. En réalité, la Lunchbox a été remise accidentellement à Saajan, un homme solitaire, proche de la retraite. Comprenant qu’une erreur de livraison s’est produite, Ila glisse alors dans la lunchbox un petit mot, dans l’espoir de percer le mystère.

« Masaan » de Neeraj Ghaywan

Avec Richa Chadda, Vicky Kausha et Sanjay Mishra.
Festival de Cannes 2015 - Un Certain Regard - Prix Spécial du Jury et Prix FIPRESCI.

Bénarès, la cité sainte au bord du Gange, punit cruellement ceux qui jouent avec les traditions morales. Deepak, un jeune homme issu des quartiers pauvres, tombe éperdument amoureux d’une jeune fille qui n’est pas de la même caste que lui. Devi, une étudiante à la dérive, vit torturée par un sentiment de culpabilité suite à la disparition de son premier amant. Pathak, père de Devi, victime de la corruption policière, perd son sens moral pour de l’argent, et Jhonta, un jeune garçon, cherche une famille. Des personnages en quête d’un avenir meilleur, écartelés entre le tourbillon de la modernité et la fidélité aux traditions, dont les parcours vont bientôt se croiser...

L’édition 2020 du Festival était prévue du 10 au 14 novembre !

La situation sanitaire nous a conduit à son annulation, les rassemblements étant interdits et les cinémas fermés par décision administrative.

Vous attendiez de découvrir en avant première, comme chaque année, une trentaine de longs métrages issus du monde entier, mais malheureusement ce ne sera pas possible. Mais, lorsque les salles de cinéma ouvriront à nouveau, nous vous informerons sur les sorties de films sélectionnés, via nos réseaux sociaux.  

Allez les voir, vous participerez ainsi sur tout le territoire au plaisir de partager des découvertes, des émotions, comme si vous étiez dans les salles du Rex à Sarlat, où nous nous retrouverons pour la prochaine édition du Festival, du 9 au 13 novembre 2021.

Rendez-vous du 9 au 13 novembre 2021

Nous sommes au regret de vous annoncer l'annulation de la 29ème édition du festival qui devait se tenir du 10 au 14 novembre 2020.

Nouvelle identité, nouveau site, nouvelle édition… Tout ceci demande un peu de temps et cette page n’est pas encore disponible. Nous vous invitons à revenir prochainement pour en découvrir le contenu.

Ne manquez pas la suite