Les Archives du Festival

2017, 26ème édition

souvenirs souvenirs

En 2017, nous avons découvert...

Et la salamandre d'or est décernée à...

Palmarès 2017

Longs métrages

Salamandre d'Or : Prix du Public

« La Fête est finie » de Marie Garel-Weiss.

Prix des lycéens

« La Promesse de l'Aube » d'Eric Barbier.

Jury Jeune Sony Playstation

Prix du Jury Jeune

« Razzia » de Nabil Ayouch.

Prix d'interprétation féminine

Clémence Boisnard et Zita Hanrot pour leurs rôles dans « La Fête est finie » de Marie Garel-Weiss.

Prix d'interprétation masculine

Pierre Niney pour son rôle dans « La Promesse de l'Aube » d'Eric Barbier.

Courts métrages

Prix du meilleur court métrage

« Terrain Vague » de Latifa Said.

Mention spéciale du jury

« Calamity » de Séverine de Streyker et Maxime Feyers.

Prix des films réalisés par les lycéens

Premier Prix

Lycée Condorcet à Limay pour « Silence is the loudest sound ».

Deuxième Prix

Lycée Suger à Saint-Denis pour « Le souk dans ma tête ».

Troisième Prix

Lycée Jean-Baptiste Guillaume à Mirecourt pour « Charlie a un chéri ».

Prix du meilleur scénario des « petites séquences »

Premier Prix

Lycée Jérémie de la Rue à Charlieu

Souvenirs, souvenirs

Galerie photos 2017

Cette galerie sera publiée prochainement

cette année-là...

La Sélection 2017

Sélection officielle

Film d'Ouverture, « La Promesse de l'Aube » d'Eric Barbier

Avec Charlotte Gainsbourg, Pierre Niney, Didier Bourdon, Jean-Pierre Darroussin, Catherine McCormack, Finnegan Oldfield, Pawel Puchalski, Nemo Schiffman.
Projection en présence d'Eric Barbier, Charlotte Gainsbourg et Pierre Niney.

De son enfance difficile en Pologne en passant par son adolescence sous le soleil de Nice, jusqu’à ses exploits d’aviateur en Afrique pendant la Seconde Guerre Mondiale... Romain Gary a vécu une vie extraordinaire. Mais cet acharnement à vivre mille vies, à devenir un grand homme et un écrivain célèbre, c’est à Nina, sa mère, qu’il le doit. C’est l’amour fou de cette mère attachante et excentrique qui fera de lui un des romanciers majeurs du XXème siècle, à la vie pleine de rebondissements, de passions et de mystères. Mais cet amour matériel sans bornes sera aussi son fardeau pour la vie... Le film « La Promesse de l'Aube » est l'adaptation cinématographique du roman culte de Romain Gary.

« Razzia » de Nabil Ayouch

Avec Maryam Touzani, Arieh Worthalter, Abdelilah Rachid, Dounia Binebine, Amine Ennaji. Projection en présence de Nabil Ayouch et Maryam Touzani.

Au Maroc, entre le passé et le présent, Abdallah, Salima, Joe, Hakim et Inès sont reliés sans le savoir. Différents visages, différentes trajectoires, différentes luttes, mais un seul souffle, une même quête de liberté. Et puis une ville : Casablanca.

« La surface de réparation » de Christophe Regin

Avec Franck Gastambide, Alice Isaaz, Hippolyte Girardot, Moussa Mansaly.
Projection en présence de Christophe Regin et Francl Gastambide.

Franck vit depuis 10 ans en marge d’un club de foot de province. Il connait bien les joueurs et les protège autant qu’il les surveille. Un soir il rencontre Salomé, belle et ambitieuse, qui jette son dévolu sur un ancien champion venu finir sa carrière au club.

« Marvin ou la belle éducation » d'Anne Fontaine

Avec Finnegan Oldfield, Gregory Gadebois, Vincent Macaigne, Catherine Salée, Jules Porier, Catherine Mouchet, Charles Berling, Isabelle Huppert. Projection en présence de Anne Fontaine, Jules Porier, Finnegan Oldfield.

Martin Clément, né Marvin Bijou, a fui. Il a fui son petit village des Vosges. Il a fui sa famille, la tyrannie de son père, la résignation de sa mère. Il a fui l’intolérance et le rejet, les brimades auxquelles l’exposait tout ce qui faisait de lui un garçon « différent ». Envers et contre tout, il s’est quand même trouvé des alliés. D’abord, Madeleine Clément, la principale du collège qui lui a fait découvrir le théâtre, et dont il empruntera le nom pour symbole de son salut. Et puis Abel Pinto, le modèle bienveillant qui l’encouragera à raconter sur scène toute son histoire. Marvin devenu Martin va prendre tous les risques pour créer ce spectacle qui, au-delà du succès, achèvera de le transformer.

« Gaspard va au mariage » d'Antony Cordier

Avec Félix Moati, Laetitia Dosch, Guillaume Gouix, Christa Théret, Johan Heldenberg, Marina Foïs.
Projection en présence de Antony Cordier et Guillaume Gouix.

Après s'être tenu prudemment à l’écart pendant des années, Gaspard, 25 ans, doit renouer avec sa famille à l’annonce du remariage de son père. Accompagné de Laura, une fille fantasque qui accepte de jouer sa petite amie le temps du mariage, il se sent enfin prêt à remettre les pieds dans le zoo de ses parents et y retrouver les singes et les fauves qui l’ont vu grandir... Mais entre un père trop cavaleur, un frère trop raisonnable et une sœur bien trop belle, il n’a pas conscience qu’il s’apprête à vivre les derniers jours de son enfance.

« La fête est finie » de Marie Garel-Weiss

Avec Clémence Boisnard, Zita Hanrot.
Projection en présence de Marie Garel-Weiss, Clémence Boisnard, Zita Hanrot.

Malgré leurs différences, Céleste et Sihem deviennent vite inséparables. La volonté commune de se sortir de la drogue scelle leur amitié fusionnelle. Celle-ci sera autant une force qu’un obstacle lorsque, virées du centre qui les accueille, elles se retrouvent livrées à elles-mêmes, à l’épreuve du monde réel et de ses tentations. Elles vont devoir se battre pour vivre enfin.

« C'est tout pour moi » de Nawell Madani et Ludovic Colbeau-Justin

Avec Nawell Madani, François Berléand, Mimoun Benabderrahmane, Leyla Doriane, Antoinette Gomis
Projection en présence de Nawell Madani, Mimoun Benabderrahmane, Djébril Zonga.

Depuis toute petite, Lila veut devenir danseuse, n’en déplaise à son père. Elle débarque à Paris pour réaliser son rêve... Mais de galères en désillusions, elle découvre la réalité d’un monde qui n’est pas prêt à lui ouvrir ses portes. A force d’y croire, Lila se lance dans une carrière d’humoriste. Elle n’a plus qu’une idée en tête : voir son nom en haut de l’affiche, et surtout retrouver la fierté de son père.

« La Villa » de Robert Guédiguian

Avec Ariane Ascardie, Jean-Pierre Darroussin, Gérard Meylan, Jacques Boudet, Anaïs Demoustier, Robinson Stévenin
Projection en présence de Robert Guédiguian et Robinson Stévenin.

Dans une calanque près de Marseille, au creux de l’hiver, Angèle, Joseph et Armand, se rassemblent autour de leur père vieillissant. C’est le moment pour eux de mesurer ce qu’ils ont conservé de l’idéal qu’il leur a transmis, du monde de fraternité qu’il avait bâti dans ce lieu magique, autour d’un restaurant ouvrier dont Armand, le fils ainé, continue de s’occuper. Lorsque de nouveaux arrivants venus de la mer vont bouleverser leurs réflexions...

« Belle et Sébastien 3, le dernier Chapitre » de Clovis Cornillac

Avec Felix Bossuet, Tchécky Karyo, Clovis Cornillac, Thierry Neuvic, Margaux Châtelier, André Penvern
Projection en présence de Clovis Cornillac

Ça se finit là où ça avait commencé. Là où les nuages tutoient les montagnes. Là où les lacs gelés offrent des patinoires, miroirs des peurs enfantines. C’est l’histoire de Belle, mère de quatre petits. C’est l’histoire de Sébastien, à la frontière de l’adolescence, qui hésite à grandir. C’est l’histoire de leur amitié indéfectible. C’est l’histoire de Pierre et d’Angelina qui se marient et qui rêvent d’ailleurs... C’est l’histoire d’une séparation annoncée et de Sébastien qui refuse de quitter sa montagne. C’est l’histoire de l’ancien maître de Belle qui re-surgit et qui affirme que Belle est à lui. C’est l’aventure de Sébastien qui vole au secours de Belle et de ses chiots. C’est la découverte par Sébastien du monde des hommes et de son injustice. C’est l’impuissance d’un vieil homme face à la loi du plus fort. C’est la force de l’amitié et de la solidarité face à la violence aveugle. Et puis surtout, c’est l’histoire de Belle et Sébastien qui, en unissant leurs forces, vont vaincre le Mal...

Film de clôture - « Stars 80, la suite » de Thomas Langmann

Avec Richard Anconina, Patrick Timsit, Bruno Lochet, Jean-Marc Généreux, Lio, Jean-Luc Lahaye, Gilbert Montagné, Sabrina, Jeanne Mas, Phil Barney, Début de soirée, Emile & Images, François Feldman, Patrick Hernandez, Joniece Jamison, Jean-Pierre Mader, Alec Mansion, Peter & Sloane, Jean Schultheis, Olivier Meurville, Kool and the gang, Timothée Fournier.

Quatre ans maintenant que Stars 80 remplit les salles, le burn out n’est pas loin... Les chanteurs partent pour une semaine au ski bien méritée quand leurs producteurs Vincent et Antoine découvrent qu’ils ont été escroqués par leur directeur financier : ils ont 30 jours pour rembourses leur dette avant liquidation. Leur seule solution : organiser en urgence LE concert du siècle, avec de nouvelles stars internationales. Comment y parvenir quand on est sur la paille, qu’on doit le cacher aux chanteurs de la troupe, et que Jean-Marc Généreux débarque pour les coacher ? Vincent et Antoine vont devoir sortir leurs plus beaux coups de bluff pour mener à bien ce projet insensé.

Sélection Tour du Monde

« À l'heure des souvenirs » de Ritesh Batra (Angleterre)

Festival du film Britannique de Dinard de 2017.

Dans son magasin d’appareils photos de Londres, Tony Webster mène une existence tranquille. Sa vie est bousculée lorsque la mère de Veronica Ford, son premier amour, lui fait un étonnant lègue : le journal intime d’Adrian Finn, son meilleur ami du lycée.Replongé dans le passé, Tony va être confronté aux secrets les plus enfouis de sa jeunesse. Les souvenirs sont-ils le pur reflet de la réalité ou autant d’histoires que nous nous sommes racontés ?

« Coeurs purs » (Cuori puri), de Roberto De Paolis (Italie)

Festival de Cannes 2017, Quinzaine des Réalisateurs.

Agnese, 17 ans, vit seule avec une mère pieuse, qui lui demande de faire vœu de chasteté jusqu’au mariage. Stefano, 25 ans, issu d’un milieu marginalisé par la crise, est vigile dans un parking situé face à un campement de Roms. Quand ces deux-là se rencontrent, c’est une parenthèse qui s’ouvre, dans laquelle ils oublient les tensions de leur vie quotidienne. Mais les idéaux d’Agnese et la violence du monde de Stefano permettront-ils à cette passion naissante d’exister ?

« Frost » de Sharunas Bartas (Lituanie)

Festival de Cannes 2017, Quinzaine des Réalisateurs.

Rokas et Inga, un couple de jeunes lituaniens, conduisent un van d’aide humanitaire depuis Villnius jusqu’en Ukraine. Au fur et à mesure de leur voyage au gré des rencontres, ils se retrouvent livrés à eux-mêmes, traversant les vastes terres enneigées de la région de Donbass, à la dérive entre des vies déchirées et les débris de combats. En s’approchant de la ligne de front, ils se découvrent l’un l’autre et appréhendent peu à peu la vie en temps de guerre.

« Have a nice day » de Liu Jian (Chine)

International Film festival de Berlin 2017

Dans une petite ville peuplée de gangsters poètes, femmes fatales et jeunes requins, Xiaozhang dérobe son patron pour sauver son histoire d’amour.

« I am not a witch » de Rungano Nyoni (Zambie)

Festival de Cannes 2017, Quinzaine des Réalisateurs.

Shula, 9 ans, est accusée de sorcellerie par les habitants de son village et envoyée dans un camp de sorcières. Entourée de femmes bienveillantes, condamnées comme elle par la superstition des hommes, la fillette se croit frappée d’un sortilège : si elle s’enfuit, elle sera maudite et se transformera en chèvre... Mais la petite Shula préfèrera-t-elle vivre prisonnière comme une sorcière ou libre comme une chèvre ?

« La caméra de Claire » de Hong Sangsoo (Corée du Sud)

Festival de Cannes 2017, Séance spéciale
Festival international du Film de Vancouver, Octobre 2017.

Lors d’un voyage d’affaires au Festival de Cannes, Manhee est accusée de malhonnêteté par sa patronne, et licenciée. Claire (Isabelle Huppert), se balade dans la ville pour prendre des photos avec son Polaroïd. Elle fait la rencontre de Manhee, sympathise avec elle, la prend en photo. Claire semble capable de voir le passé et le futur de Manhee, grâce au pouvoir mystérieux du tunnel de la plage. Désormais, Claire décide d’accompagner Manhee au café où elle a été licenciée. C’est le moment de découvrir le pouvoir de Claire à l’œuvre...

« La fiancée du désert » de Cecilia Atan et Valeria Pivato

Festival de Cannes 2017, Un certain regard.

Teresa, 54 ans, a toujours travaillé au service de la même famille jusqu’au jour où elle est contrainte d’accepter une place loin de Buenos Aires. Elle entame alors un voyage à travers l’immensité du désert argentin, et ce qui semblait être le bout du chemin va s’avérer le début d’une nouvelle vie.

« Les garçons sauvages » de Bertrand Mandico (France)

Mostra de Venise 2017, Semaine Internationale de la critique. l

Début du vingtième siècle, cinq adolescents de bonne famille épris de liberté commettent un crime sauvage. Ils sont repris en main par le Capitaine, le temps d’une croisière répressive sur un voilier. Les garçons se mutinent. Ils échouent sur une île sauvage où se mêlent plaisir et végétation luxuriante. La métamorphose peut commencer...

« Luna » d'Elsa Diringer (France)

Luna dévore la vie, elle est belle, drôle et sensuelle. Pour Ruben, elle est prête à tout. Rien ne pourrait l’arrêter. Jusqu’au soir où son chemin croise celui d’Alex.

« Makala » d'Emmanuel Gras (Congo)

Festival de Cannes 2017, Grand Prix de la Semaine de la Critique.
Toronto International Film Festival 2017.

Au Congo, un jeune villageois espère offrir un avenir meilleur à sa famille. Il a comme ressources ses bras, la brousse environnante et une volonté tenace. Parti sur des routes dangereuses et épuisantes pour vendre le fruit de son travail, il découvrira la valeur de son effort et le prix de ses rêves.

« Manuel » (Il figlio, Manuel) de Dario Albertini (Italie)

Mostra de Venise 2017 « Cinéma del giardino »

Manuel vient d’avoir 18 ans. Il est temps pour lui de quitter le foyer pour jeunes dans lequel il a vécu ces dernières années, depuis l’incarcération de sa mère. Mais la liberté retrouvée a un goût amer. Errant dans les rues de son quartier en banlieue de Rome, Manuel tente de devenir un adulte responsable. Pour que sa mère obtienne l’assignation à résidence, il doit prouver aux autorités qu’il peut veiller sur elle. Manuel pourra-t-il aider sa mère à retrouver sa liberté sans perdre la sienne ?

« Mean Dreams » de Nathan Morlando (Canada)

Festival de Cannes, Quinzaine des réalisateurs.
Festival du Cinéma Américain de Deauville.

Après avoir volé un sac contenant de l’argent de la drogue, un garçon de quinze ans s’enfuit avec la fille qu’il aime tandis que le père de celle-ci, un flic corrompu, les prend en chasse. Mean Dreams est un thriller, mais également une fable qui évoque le passage à l’âge adulte et l’émerveillement du premier amour.

« Mobile Homes » de Vladimir de Fontenay (Canada)

Festival de Cannes 2017, Quinzaine des Réalisateurs.
Festival de Cabourg 2017, mention Spéciale du Jury.

Ali et Evan sillonnent les routes entre les États-Unis et le Canada. Ils utilisent Bone, le fils d’Ali, âgé de huit ans, dans leurs trafics. Le jeune couple vit de plus en plus dangereusement. Tous rêvent pourtant d’un refuge, d’un foyer, mais leur fuite inexorable les entraîne sur un chemin qu’ils n’avaient pas prévu... Pour trouver sa place, Ali aura à faire un choix entre la liberté et sa responsabilité de mère.

« Oh Lucy ! » de Atsuko Hirayanagi (Japon, Etats-Unis)

Festival de Cannes 2017, Semaine de la Critique.

Setsuko mène une vie solitaire et sans saveur à Tokyo entre son travail et son appartement, jusqu’à ce que sa nièce Mika la persuade de prendre sa place à des cours d’anglais très singuliers. Cette expérience agit comme un électrochoc sur Setsuko. Affublée d’une perruque blonde, elle s’appelle désormais Lucy et s’éprend de John son professeur ! Alors, quand Mika et John disparaissent, Setsuko envoie tout balader et embarque sa sœur, dans une quête qui les mène de Tokyo au sud californien. La folle virée des deux sœurs, qui tourne aux règlements de compte, permettra-t-elle à Setsuko de trouver l’amour ?

« Sicilian ghost story » de Fabio Grasadonia et Antonio Piazza (Italie)

Festival de Cannes 2017, Séance Spéciale ouverture, semaine de la critique Hors compétition.

Dans un village sicilien aux confins d’une forêt, Giuseppe, 13 ans, disparaît. Luna, une camarade de classe, refuse la disparition du garçon dont elle est amoureuse et tente de rompre la loi du silence. Pour le retrouver, au risque de sa propre vie, elle tente de rejoindre le monde obscur où son ami est emprisonné et auquel le lac offre une mystérieuse voie d’accès.

« The Florida project » de Sean Baker (Etats-Unis)

Festival de Cannes 2017, Quinzaine des réalisateurs.
Film d’ouverture Champs Elysées Film festival, Paris 2017.
Festival de San Sebastian 2017 section Pearls.

Moonee a 6 ans et un sacré caractère. Lâchée en toute liberté dans un motel de la banlieue de Disney World, elle y fait les 400 coups avec sa petite bande de gamins insolents. Ses incartades ne semblent pas trop inquiéter Halley, sa très jeune mère. En situation précaire comme tous les habitants du motel, celle-ci est en effet trop concentrée sur des plans plus ou moins honnêtes pour assurer leur quotidien...

« Thelma » de Joachim Trier (Norvège)

Toronto International Film Festival 2017

Thelma, une jeune et timide étudiante, vient de quitter la maison de ses très dévots parents, située sur la côte ouest de Norvège, pour aller étudier dans une université d’Oslo. Là, elle se sent irrésistiblement et secrètement attirée par la très belle Anja. Tout semble se passer plutôt bien mais elle fait un jour à la bibliothèque une crise d’épilepsie d’une violence inouïe. Peu à peu, Thelma se sent submergée par l’intensité de ses sentiments pour Anja, qu’elle n’ose avouer -pas même à elle-même, et devient la proie de crises de plus en plus fréquentes et paroxystiques. Il devient bientôt évident que ces attaques sont en réalité le symptôme de facultés surnaturelles et dangereuses. Thelma se retrouve alors confrontée à son passé, lourd des tragiques implications de ces pouvoirs.

« Un Homme intègre » de Mohammed Rasoulof (Iran)

Festival de Cannes 2017 Prix Un certain regard.

Reza, installé en pleine nature avec sa femme et son fils, mène une vie retirée et se consacre à l’élevage de poissons d’eau douce. Une compagnie privée qui a des visées sur son terrain est prête à tout pour le contraindre à vendre. Mais peut-on lutter contre la corruption sans se salir les mains ?

« Vers la lumière » de Naomi Kawase (Japon)

Festival de Cannes 2017 Sélection Officielle.
 Toronto International Film Festival 2017.

Misako aime décrire les objets, les sentiments et le monde qui l’entoure. Son métier d’audiodescriptrice de films, c’est toute sa vie. Lors d’une projection, elle rencontre un célèbre photographe dont la vue se détériore irrémédiablement. Naissent alors des sentiments forts entre un homme qui perd la lumière et une femme qui la poursuit.

« Wajib » de Annemarie Jacir (Palestine)

Festival de Locarno 2017, Compétition officielle.
Festival de Toronto 2017, Sélection officielle.

Abu Shadi, 65 ans, divorcé, professeur à Nazareth, prépare le mariage de sa fille. Dans un mois, il vivra seul. Shadi, son fils, architecte à Rome depuis des années, rentre quelques jours pour l’aider à distribuer les invitations au mariage, de la main à la main, comme le veut la coutume palestinienne du Wajib. Tandis qu’ils enchainent les visites chez les amis et les proches, les tensions entre le père et le fils remontent à la surface et mettent à l’épreuve leurs regards divergents sur la vie.

Sélection Courts métrages

« Terrain vague » de Latifa Saïd

Avec Slimane Dazi, Delphine Grandsard.
Projection en présence de Latifa Saïd et Joao Antunes.

« Les Bigorneaux » d'Alice Vial

Avec Philippe Rebbot, Tiphaine Daviot.

« Les Équilibristes » de Gilles Tillet

Avec Manuel Blanc, Solal Forte.
Projection en présence de Gilles Tillet.

« L'Eau dans les yeux » de Jeanne Sigwalt

Avec Stefan Crepon, Camille Razat.
Projection en en présence de Jeanne Sigwalt.

« La vie sauvage » de Laure Bourdon-Zarader

Avec Mathieu Barbet, Charlotte Campana.
Projection en présence de Laure Bourdon-Zarader.

« Calamity » de Séverine de Streyker et Maxime Feyers

Avec Ingrid Heiderscheidt, Jean-Michel Baltazar, François Maquet, Bastien Ughetto. Projection en présence de Séverine de Streyker.

« Debout Kinshasa » de Sébastien Maître

Avec Bryan Mbuangi, Merlin Dianda, Starlett Mathata.
Projection en présence de Laura Townsend.

« Jour de Gloire » de Xavier Mesme

Avec Frédéric Attard, Julie Bernard, Caroline Anglade, Richard Sammel, Olivia Gotanegre.
Projection en présence de Xavier Mesme.

« Celui qui brûle » de Slimane Bounia

Avec Sabrina Ouazani, Salim Kechiouche, Rachid Hadid.
Projection en présence de Slimane Bounia.

« Belle à croquer » d'Axel Courtière

Avec Sylvain Dieuaide, Lou de Laâge, Catherine Deneuve
Projection en présence d'Axel Courtière.

L’édition 2020 du Festival était prévue du 10 au 14 novembre !

La situation sanitaire nous a conduit à son annulation, les rassemblements étant interdits et les cinémas fermés par décision administrative.

Vous attendiez de découvrir en avant première, comme chaque année, une trentaine de longs métrages issus du monde entier, mais malheureusement ce ne sera pas possible. Mais, lorsque les salles de cinéma ouvriront à nouveau, nous vous informerons sur les sorties de films sélectionnés, via nos réseaux sociaux.  

Allez les voir, vous participerez ainsi sur tout le territoire au plaisir de partager des découvertes, des émotions, comme si vous étiez dans les salles du Rex à Sarlat, où nous nous retrouverons pour la prochaine édition du Festival, du 9 au 13 novembre 2021.

Rendez-vous du 9 au 13 novembre 2021

Nous sommes au regret de vous annoncer l'annulation de la 29ème édition du festival qui devait se tenir du 10 au 14 novembre 2020.

Nouvelle identité, nouveau site, nouvelle édition… Tout ceci demande un peu de temps et cette page n’est pas encore disponible. Nous vous invitons à revenir prochainement pour en découvrir le contenu.

Ne manquez pas la suite